Actu

Scania confirme qu’il n’abandonnera pas le moteur thermique

Lors d’une conférence de presse hier près de Paris, en présence de son nouveau président, Carl Patty, Scania France a présenté ses résultats 2021. Le constructeur a réalisé en France 13% de part de marché, une PDM quasi-stable (13,1% en 2020) alors que Renault Trucks consolide sa place de leader avec une PDM de 38,1%. Scania a par ailleurs confirmé qu’il n’abandonnera pas le moteur thermique même si plus de 50% de ses véhicules seront électriques en 2030.

Sur le segment des porteurs, Scania se classe 3e avec une part de marché de 11,5% (10,9% en 2020). Sur les tracteurs, le constructeur réalise une PDM de 14,1% (14,8% en 2020). Sur les immatriculations énergies alternatives, Scania suit avec une part de marché de 8,7% Iveco le leader.

Le constructeur a rappelé qu’il proposait une large gamme de solutions alternatives aux énergies fossiles, utilisant des carburants et des chaînes cinématiques alternatifs conformes à la norme Euro 6. Ce sont principalement des moteurs biogaz, biodiesel, diesel synthétique (HVO), bioéthanol, hybrides et électriques. Mais le constructeur a confirmé qu’il n’était pas question d’abandonner les moteurs thermiques. Il a rappelé le lancement de sa nouvelle chaîne cinématique à moteur à combustion Super qui permet jusqu’à 8% d’économie de carburant, selon le constructeur, « ce qui représente près de 4 000 euros sur un an pour 130 000 km ».

Carl Pattyn, président de Scania France

« Nous arriverons aux objectifs C02 avec tous les atouts que nous avons, le thermique est une partie signifiante vers la transformation durable. Le biogaz y participe aussi. Notre stratégie 2020-2030 est aussi électrifiée. Nos véhicules BEV offrent déjà une autonomie de 250 kilomètres. D’ici deux ans, nous proposerons des batteries avec 500 kilomètres d’autonomie » a déclaré Carl Pattyn, président de Scania France, avant de préciser : « En 2030, même si la moitié de nos véhicules seront électriques, 90% resteront en thermique. »

Eric Darné, directeur commercial, a abordé l’accès aux nouvelles énergies et le recours à la location : « nous proposons une offre de 12 mois et plus sur les BEV (fourgon bâché, frigo) et les PHEV (bras, plateau grue). Nous commençons à valoriser les nouvelles énergies. Nous parions aussi sur la location pour le GNC avec bras, bi-benne et bi-benne grue ».

Sur l’hydrogène, Scania n’est pas encore convaincu et précise qu’il poursuit ses recherches. « Nous ne récupérons que 40% de l’énergie. Et le TCO reste très élevé » a indiqué Florent Salce, président de Scania Finance.

La conférence de presse se déroulait aux Essarts-le-Roi (Yvelines) où Scania a ouvert un nouveau point de services. « Ce 4e point de services en Ile-de-France va nous permettre d’améliorer considérablement le service à nos clients de l’Ouest parisien et ceux en transit, qui trouveront à proximité tous les services pour l’entretien et la réparation de leurs véhicules » a déclaré Dirk Stüben, directeur de Scania Ile-de-France. Le bâtiment abrite une surface d’atelier de 1 200 m2 avec cinq travées traversantes. Une est dotée d’un double pont élévateur permettant de lever aussi bien des tracteurs et porteurs que des autocars.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)