Actu

Benchmark des taux de fret UE : les prix baissent sur les marchés spot et contractuel

Selon l’indice Upply x Ti x IRU des taux de fret routier en Europe, les prix baissent au premier trimestre sur les 2 marchés : spot et contractuels. On s’attend à ce qu’ils remontent courant 2024. La situation pourrait être tendue d’ici la fin de l’année pour le secteur.

Selon les chiffres publiés hier, l’indice des taux spot a perdu 8,2 points en glissement annuel. Parallèlement, la chute de l’indice des taux contractuels a ralenti, en baisse de 1,0 point an glissement annuel au T1 2024.

« Après l’Allemagne, les systèmes de péage basés sur les émissions de CO2 sont entrés en vigueur en Autriche et en Hongrie en janvier et en République tchèque en mars, ce qui a poussé les prix à la hausse sur ces marchés » indique Upply. Ces changements ont entraîné une augmentation des péages de 7,4 % (+ 0,033 €/km) en Autriche, de 40 % (+ 0,158 €/km) en Hongrie et de 13 % (+ 0,026 €/km) en République tchèque, selon les sociétés en charge de la gestion des péages dans ces différents pays. Après les baisses continues observées au cours du 4è trimestre 2023, les prix du diesel ont légèrement augmenté depuis le début de l’année.

La faiblesse de la demande continue d’exercer une pression à la baisse sur les taux spot, mais dont l’ampleur diminue. Cela peut indiquer que nous entrons dans un environnement de demande moins négatif, qui pourrait conduire à une normalisation des taux de fret. La baisse des taux spot à travers l’Europe devrait donc ralentir, dans la mesure où l’on entre dans une période de demande plus stable en 2024.

Pour Michael Clover, responsable du développement commercial chez Ti : « Bien que les taux de fret routier aient de nouveau baissé au premier trimestre 2024, on s’attend à ce qu’ils remontent tout au long de l’année 2024. Les coûts sont obstinément élevés et il se pourrait bien que nous entrions dans une nouvelle période difficile pour les chaînes logistiques, avec des indicateurs suggérant que les volumes d’importation se redressent et que les problèmes de congestion des supply chains, qui avaient été masqués par les faibles volumes, redeviennent plus aigus ».  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *