Actu

Conférence BestDrive : le marché revient à une forme de normalité

Lors de la conférence annuelle sur l’activité et les projets de BestDrive, enseigne multimarques dédiée à l’entretien et aux pneumatiques, Alessandro de Martino, son directeur général, a fait le point sur le marché qui, selon lui, revient à la normalité.

Le réseau atteint les 230 points de vente et de services en France, et Alessandro de Martino n’entend pas pousser à un développement à outrance. Il s’agit, selon lui, de privilégier les emplacements stratégiques et combler d’éventuelles « zones blanches ». La répartition entre franchisés et filiales est de 30%/70%. Il veille tout particulièrement aux entreprises indépendantes franchisées. On sent lors des échanges qu’il tient aux investisseurs privés qui sont aussi et avant tout des entrepreneurs. Certains sont très implantés localement.  Un de ses objectifs est d’assurer une homogénéité de qualité de service et de prestations, y compris en termes de facturations. Cela s’explique par l’historique du développement de l’enseigne et son jeune âge (pas encore 10 ans). De nouveaux outils informatiques ou télématiques comme Fleetfox devraient aussi progressivement y contribuer.

Un marché revenant à une forme de normalité

Interrogé par trm24.fr sur le sujet des approvisionnements, Alessandro de Martino se fait plutôt rassurant : « la crise vécue lors de l’invasion Russe en Ukraine et les difficultés logistiques post-Covid-19 appartiennent au passé. Ces tensions sur les approvisionnements eurent, selon lui, des effets pervers cumulatifs : certains acteurs s’étant mis à stocker, voire à sur-stocker. Ce qui a alimenté la pénurie ». Le tout dans un contexte de rebond de l’activité dans le transport routier. Le ralentissement de l’activité observé depuis le début de l’année 2024, ou tout au moins une forme de retour à la normale dans les comportements d’achats, élimine selon lui toute tension anormale sur le marché. Mais il relève l’émergence de plusieurs facteurs de complexité : en premier lieu une concentration des acteurs du transport routier, ce qui accroît la taille des parcs. En outre, il note une segmentation de plus en plus fine des marchés. L’occasion de déplorer la prolifération dimensionnelle en cours sur les pneus pour voitures particulières, phénomène qui rend très compliqué les pré-commandes et la logistique.

Le pneu poids-lourds, un secteur très diversifié

La segmentation du marché poids-lourds, il l’observe également à l’oeuvre entre le BTP et les véhicules routiers. Le comportement des clients n’est pas le même. « Les sociétés de transport sont sous pression en raison de la hausse des charges et des demandes des chargeurs. Il faut faire du pneu un facteur de compétitivité et plus seulement de coûts. Pour cela nous essayons de promouvoir le recreusage, le rechapage et le suivi des parcs » explique-t-il. Mais il regrette que cela ne soit pas le cas dans le BTP où la durée de vie des pneus, plus brève, n’incite pas à ce cycle vertueux.

Autre sujet : VECTO ! En effet, pour réduire leurs émissions calculées de CO2 les constructeurs-motoristes et constructeurs-carrossiers se sont mis à référencer les pneus labellisés A en résistance au roulement. Fort bien, mais note Alessadro de Martino : « les clients ne s’y retrouvent pas forcément en longévité kilométrique. Et ce sont les marques qui en pâtissent. » Comment dès lors rétablir la confiance, sujet majeur de la conférence de presse de BestDrive ? Enième illustration du fait que l’enfer est pavé de bonnes intentions… Autre segmentation, celle des pneus hiver. Elle est, historiquement, très liés aux autocaristes desservant les station de ski. Mais il note que ce marché de niche intéresse aussi le transport de marchandises : « les clients qui ont essayé les pneus hivernaux ne reviennent plus en arrière. La croissance des volumes est graduelle, mais elle est constante dans le temps ».

Pénurie de main d’œuvre y compris chez les pneumaticiens

Comme pour les conducteurs, les exploitants ou les mécaniciens, il y a pénurie de monteurs pneumatiques. BestDrive a décidé de s’engager en prenant des mesures radicales : en créant en France ses centres de formation certifiés Qualiopi. Deux vont voir le jour dès cette fin d’année : un à Le Mans, le second à Aix-en-Provence. Ils assureront la formation initiale (théorique et pratique) au CQP mention Monteur pneumatiques pour véhicules industriels. Ils pourront aussi effectuer des missions de formation continue pour les centres, qu’ils soient filiales ou franchisés voire pour les clients. L’objectif est d’avoir quatre centres de ce type en France. Satisfaire les postes vacants est un enjeu car, selon Alessandro de Martino « la quasi-totalité des agences fait du V.I, seuls une trentaine de site n’en fait pas. Le véhicule industriel c’est plus de 50% de notre chiffre d’affaires annuel ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *