Bus & autocar

MAN lancera son bus autonome à Berlin cette année

Interview Jana Kirchen directrice stratégie produit véhicules autonomes MAN Truck & Bus

Dans le domaine des autobus urbains, les véhicules autonomes font toujours l’objet de programmes de recherches. Jana Kirchen, directrice produit véhicules autonomes et automatisés chez MAN Truck & Bus depuis 2023 et spécialiste de l’électro-mobilité fait le point sur ce sujet pour la division cars et bus de MAN tout en esquissant les potentialités futures. Elle dévoile à TRM24 que le projet de bus autonome verra le jour cette année à Berlin (Allemagne).

Jana Kirchen directrice stratégie produit véhicules autonomes MAN Truck & Bus

Trm24.fr : Les véhicules autonomes ont suscité un vif intérêt jusqu’en 2015 puis ils ont quelque peu disparu de l’actualité, supplantés par les véhicules électriques. Où en est-on aujourd’hui ?

Jana Kirchen : « Les projet de véhicules autonomes comme @City ont été déployés sur des circuits fermés en 2018 afin d’identifier et de maîtriser les cas et situations les plus complexes. Comme l’accostage aux arrêts conçue initialement comme une automatisation de tâche. Mais cela requiert beaucoup de temps de développement, ce n’est pas un produit fini en tant que tel car notre ambition est d’aller vers le 100% autonome. (…) La digitalisation est liée à la conduite autonome. C’est un supplément de service que MAN veut offrir à ses clients. Le but est d’offrir un service aux exploitants, pas seulement un véhicule autonome.»

Trm24.fr : MAN a annoncé à un véhicule autonome en production pour 2030, quelles étapes sont à franchir ?

Jana Kirchen : « Depuis 2021, nous travaillons sur BeIntelli, un projet mené à Berlin avec l’Université de technologie de Berlin et IAV GmbH. Il est prévu pour être déployé en 2024 avec une contrainte supplémentaire : on est ici en milieu ouvert, entre la Porte de Brandebourg, la place Ernst-Reuter et Gedächtniskirche. Il vise à valider le véhicule de base et son électronique de bord. Un tel développement requiert un tout nouveau calculateur embarqué (ECU) bien plus puissant, ce qui pose des questions quant à leur intégration dans un bus, simplement pour leur refroidissement ou leur encombrement. Il nous faut aller vers plus de puissance de processeur tout en réduisant le nombre d’unités de contrôle pour gagner en temps de traitement. Il faut encore travailler sur les temps d’échanges et de communication.

En parallèle, nous travaillons sur le programme MINGA initié en 2023 qui concerne aussi bien les bus standards 12 m que la mise en convoi (platooning). Mobileye est le partenaire technique pour ce qui relève des capteurs, y compris Lidars, et du système de pilote automatique. BMW, Les transports publics de Munich (réseau MVG) sont également impliqués ainsi que le Ministère Fédéral en charge du numérique. L’enveloppe est ici de 14 millions d’euros et mobilise un effectif de 25 équivalents temps pleins. Il doit aboutir en 2025 à un essai en conditions réelles. »

Trm24.fr : MAN a également fait des annonces autour des camions autonomes.

Jana Kirchen : « Il y a des synergies sur les applications et systèmes. Mais nous visons les cas d’usages en ville. Les réseaux d’autobus sont confrontés aux difficultés de recrutement. C’est aussi un enjeu sur le coût d’exploitation. En outre, la ville constitue l’environnement le plus complexe. »

Trm24.fr : Avec les autobus ne craignez-vous pas le rejet ou les peurs des passagers ?

Jana Kirchen : « L’acceptation des passagers est plus rapide que ce que l’on avait imaginé. C’est en fait banalisé dans les métros automatiques. iLes questions se posent davantage en matière de responsabilité et d’assurances, voire d’éthique. L’Allemagne Fédérale a autorisé l’automatisation de niveau 4 depuis 2022 mais demande une supervision de sûreté (back-up). Cela pourrait être différent à l’avenir. »

Trm24.fr : Les attelages immatériels en camion (platooning) ont suscité beaucoup d’intérêt au début des années 2000. Est-ce une voie exploitable pour les autobus en heures de pointe afin d’accroître les capacités de transport de façon flexible ?

Jana Kirchen : « Le platooning, MAN l’a testé en coopération avec la DeutscheBahn. Nous devons définir une distance de sécurité de 10 m sur route et de 4 m en ville. C’est trop difficile de s’assurer que personne ne s’intercale entre les deux véhicules. Dans un autre environnement, peut-être… «

Trm24.fr : Un autre thème qui a suscité un vif intérêt est la communication entre véhicules ou avec l’infrastructure dans ce que l’on appelle la « route intelligente ». Qu’en est-il aujourd’hui ?

Jana Kirchen : « Les communication V2I -infrastructure- et V2V -véhicules- viendront plus tard. Il faut d’abord valider l’étape du véhicule autonome. »