Actu

Taxation TRM : pour TLF, la profession doit parler d’une seule voix

Même si l’idée n’est pas nouvelle, TLF souhaite que la profession puisse parler d’une seule voix afin de dénoncer « l’addition que le gouvernement a décidé de présenter au secteur dans les prochaines lois de finances à la rentrée ». Evoquant ainsi le taux spécifique du gazole non routier supprimé, la taxation des contrats courts, la suppression des avantages de la DFS (déduction forfaitaire spécialisée) touchant de nombreux conducteurs ou encore la « fiscalité aberrante » des entrepôts logistiques, la trajectoire des baisses de charges et de l’IS décalée.

TLF regrette surtout aucune concertation entre le gouvernement et la profession, « aucune planification, aucune étude d’impact » ajoute-t-elle dans un communiqué. « Ces injonctions contradictoires sont économiquement ingérables pour nos entreprises. Ces décisions unilatérales, sans concertation, sans même information préalable des organisations professionnelles concernées, ne sont pas respectueuses ni de nos équipes, ni de nos entreprises. Nous avons même le sentiment d’être niés, tout simplement, que nos métiers sont considérés comme négligeables et dignes d’être pris en considération uniquement lorsque la peur du blocage s’installe » écrit encore TLF.

Et la fédération se pose la question : « si on prenait les choses dans le bon ordre : constat sur les finances publiques et sur le financement des infrastructures, réunion avec l’ensemble de la profession unie, négociations sur les modalités et les trajectoires envisagées, accord sur la prévisibilité et planification dans le temps » rappelant que l’Allemagne et les Pays-Bas, respectivement 1 et 2 du classement mondial des chaînes logistiques de la banque mondiale, ont déjà fait.

Sans avancer de possibles actions comme la FNTR, la fédération parle surtout d’une « profession unie » souhaitant par là-même de parler d’une seule voix. Reste à savoir si son souhait deviendra un jour réalité même si elle s’est rapprochée de la FNTR. Une proximité à venir avec l’OTRE est moins certaine.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)