Actu

Annonces en rafale sur le déploiement de stations de distribution de dihydrogène

Le même jour, Lhyfe et Hyliko ont annoncé leurs développements de réseaux de distribution d’hydrogène. Sans surprise, les grandes métropoles de Paris et Lyon attirent les investissements.

A la demande de ses donneurs d’ordres, et futurs clients de ces stations de distribution, Hyliko a annoncé par voie de communiqué s’intéresser au développement de stations de production et distribution de dihydrogène sur les bassins du Grand Paris et de la Métropole de Lyon.

Il s’agit de produire localement du dihydrogène « renouvelable » (ce qui n’exclut pas  « un approvisionnement complémentaire par des producteurs tiers d’hydrogène « vert » locaux » selon le document). Le choix géographique s’explique d’une part par la présence de ZFE-m assez restrictives sur ces deux périmètres, mais aussi par le fait que les futurs ensembles routiers hydrogène (ou autocars longue distance) devraient précisément avoir un rayon d’action leur permettant de relier ces deux pôles urbains.

Les projets s’appellent Grand ParHY (deux stations, une au Nord et une au Sud) et Grand LHYon avec également deux stations : une au Nord de la ville de Valence -Drôme- (donc pensée pour les flux passant par la vallée du Rhône) et une seconde à l’Est de la métropole de Lyon (probablement dans le périmètre du pôle logistique s’étendant de Saint-Priest –Rhône- jusqu’à Saint-Quentin-Fallavier -Isère-). Hyliko insiste sur le fait que ses stations seront ouvertes au public avec un objectif calendaire fixé à 2025.

Lhyfe partenaire d’une station multi-énergies à la marque Avia à Bussy-Saint-Georges

Lhyfe et le distributeur d’énergie Thevenin & Ducrot (marque Avia) ont annoncé conjointement la création d’une station multi-énergies sur la commune de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) consécutivement à leur sélection dans le cadre d’un Appel à manifestation d’intérêt. Avec un objectif de production de 2t de dihydrogène par jour (soit une capacité installée de 5MW), ce site de production revendique être le plus grand projet d’hydrogène  « vert et renouvelable » de l’Est francilien.

En outre il devrait assurer des livraisons par conteneurs pour les clients régionaux. La station Avia (du groupe Thevenin et Ducros, partenaire du projet) serait, quant à elle directement alimentée par canalisation. La station devrait disposer de compresseurs sous 350 et 700bar, ce qui permettrait de ravitailler véhicules industriels, utilitaires et automobiles.

S’agissant de dihydrogène, les débouchés intéressent également les industriels situés à proximité. Ici, l’échéancier est fixé à 2026. Ce programme est issu d’un Appel à manifestation d’intérêt de la part de la commune de Bussy-Saint-Georges et de ses partenaires : EpaMarne l’établissement public d’aménagement de Marne-la-Vallée, la Communauté d’agglomérations Marne et Gondoire, le département de Seine-et-Marne, le Syndicat départemental des énergies de Seine-et-Marne, et la Chambre de Commerce et d’Industrie de ce même département. La station pourrait effectivement intéresser les véhicules H2 circulant sur l’axe de la Francilienne A104 comme l’autoroute A4. Lhyfe rappelle qu’un premier site de production de dihydrogène par électrolyse de l’eau est déjà opérationnel depuis 2021 et que sept autres sites sont en construction (France, Allemagne, Suède).

Avia profitera de cette installation pour délivrer aussi bien des carburants conventionnels que les gaz (GNV et H2) et installer des bornes de recharge dédiées aux véhicules légers comme aux poids-lourds (puissance 350kW). Des réserves foncières sont prévues pour délivrer du HVO-xTL (lorsque la règlementation française daignera évoluer). Ce choix explique aussi le dépôt du dossier de demande de subventions faite en septembre 2023 auprès du guichet Ecosystème territoriaux de l’ADEME. Cet Appel à manifestation d’intérêt a également mobilisé SLM Conseil (paour la partie stratégique et technique) et le cabinet Lhéritier Avocats pour la partie juridique.

Expédition du premier conteneur d’hydrogène vert.