Actu

LOM : Elisabeth Borne rassure par courrier les fédés

Comme elle l’avait annoncé lors du congrès de la FNTR mardi, Elisabeth Borne, la ministre des transports, a annoncé aux acteurs du secteur du transport routier (FNTR, AUTF, FNTV, OTRE, TLF, CPME, MEDEF, ADF) qu’elle les rencontrerait d’ici peu pour une troisième réunion. Elle leur a adressé un courrier dans lequel elle tente de les rassurer. TRM24 a pu se procurer ce courrier, voici quelques extraits. 

« Le gouvernement a engagé depuis l’été 2017 une profonde transformation de notre politique des mobilités, et notamment de nos investissements dans les infrastructures de transport. Notre priorité est claire : améliorer concrètement et rapidement les déplacements de la vie quotidienne, et ce dans tous les territoires » écrit la ministre des transports continuant : « Pour répondre à cette ambition, je présenterai prochainement en Conseil des ministres un projet de loi d’orientation des mobilités. Parmi ses principales avancées, il portera une programmation des investissements de transports ». Selon nos informations, la date du mercredi 24 octobre serait retenue.

Mais à aucun moment dans son courrier, Elisabeth Borne précise comment seront financés ce programme des investissements des transports (+14,3Md€ sur la période 2023-2027) présenté le 11 septembre dernier. Elle indique seulement qu’il faudra trouver à partir de 2020, donc dans deux ans, « une ressource nouvelle » à hauteur de 500 M€ par an. Une manière de prévenir le transport routier. « Le gouvernement travaille actuellement à déterminer la ressource la plus pertinente et ses modalités de mise en œuvre. » Sans évoquer une éventuelle vignette poids lourd ou redevance temporelle. La ministre ne parle plus non plus de cibler obligatoirement les poids lourds étrangers évoquant dans ce courrier une « équité entre acteurs français et européens. »

« Le gouvernement arrêtera sa décision d’ici la présentation du projet de loi d’orientation des mobilités en Conseil des ministres » annonce Elisabeth Borne dans cette lettre dans laquelle la ministre « convoque » les différents acteurs à une réunion d’échanges.