Actu

Marc Papinutti renonce à sa candidature à la présidence de l’ART

Marc Papinutti, directeur du cabinet du ministre de la Transition écologique Christophe Béchu, a finalement renoncé « pour des raisons personnelles » à sa candidature à la présidence de l’Autorité de régulation des transports (ART), selon l’AFP. Le président Macron l’avait proposé pour succéder à l’ancien député socialiste du Nord Bernard Roman.

C’est une surprise. Le Sénat a fait savoir que la commission de l’aménagement du territoire n’entendra pas Marc Papinutti dont l’audience était prévue aujourd’hui. Il devait être entendu également par la commission du développement durable de l’Assemblée nationale le 8 mars. Aucune date de report n’a été communiquée.

Le Sénat a précisé que « pour des raisons personnelles, Marc Papinutti a décidé de retirer sa candidature à ces fonctions. »

Mais, selon nos informations, la candidature de Marc Papinutti n’était pas la bienvenue. Pour quelles raisons ? Habituellement les présidents de l’ART sont des politiques qui ont fait preuve d’indépendance. Tout l’inverse de Marc Papinutti qui a été directeur du cabinet de l’actuelle première ministre Élisabeth Borne lorsqu’elle détenait le portefeuille des Transports (2017-2019), directeur de l’administration centrale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM), puis directeur de cabinet de Christophe Béchu. Or, l’ART se veut être une autorité indépendante.

C’est probablement sous la pression politique que Marc Papinutti a préféré renoncer à la candidature du président. Remplacé lundi par Philippe Van de Maele à la tête du cabinet de Christophe Béchu, selon deux arrêtés parus mardi au Journal officiel, Marc Papinutti se retrouve désormais sans aucun poste.