Actu

Quel avenir pour les industriels de la lubrification et du graissage avec l’électrique ?

 Le cabinet d’analystes Interact Analysis basé au Royaume-Uni s’intéresse à la chaîne logistique, des unités automatiques de stockage au transport. A ce titre, il s’est intéressé à l’avenir des industriels du graissage et de la lubrification dans le contexte de la migration vers l’électro-mobilité.

Selon le cabinet, 7% du parc circulant de véhicules industriels pourrait être à batteries en 2030 en Europe. Il prévient toutefois : « les véhicules électriques à batteries ne gagneront des parts de marché significatives qu’à partir d’un avantage de compétitivité en prix de revient global (TCO) compris entre 20 et 50% par rapport aux véhicules Diesel. »

Pour l’industrie pétrochimique, Interact Analysis estime que la chute de la demande en gazole sera nette à partir de 2030. Pour autant, les industriels du graissage et de la lubrification devraient trouver de nouveaux marchés en lien avec ces véhicules. On peut évidemment penser aux liquides de refroidissement, fluides particulièrement critiques dans les véhicules à batteries. InteractAnalysis estime que la lubrification des différents organes tels que les réducteurs exigera toujours un volume significatif d’huiles.

Le même cabinet anticipe une demande encore plus orientée vers des huiles extrême pression ultra fluides afin de réduire les résistances internes. Le rendement mécanique global a effectivement un lien direct avec l’autonomie des véhicules en exploitation. L’électrification des engins de chantier, de levage et de grutage n’aura qu’un impact limité pour ces industriels puisqu’il faudra toujours des huiles pour pompes et vérins hydrauliques. Alastair Hayfield, Directeur à Interact Analysis conclut en ces termes : « le marché des carburants et lubrifiants va rétrécir avec le temps.

Cependant, avec la croissance des biocarburants et des véhicules alimentés à l’hydrogène, les opportunités demeurent. Pour les lubrifiants, les véhicules électriques ont des exigences différentes, il faudra donc reformuler les produits pour ces nouvelles applications. » Voilà au moins des équipementiers, comme les spécialistes de la gestion thermique (Nissen, Valeo, Eberspächer, NipponDenso, etc) qui peuvent vivre sereinement (mais pas sans investissements) cette révolution technique.

https://interactanalysis.com/research/global-truck-bus-and-off-highway-vehicle-electrification-and-alternative-fuel/