Articles 18H

Renault Trucks séduit avec le remanufacturing

Depuis près de 80 ans, le groupe Volvo et Renault Trucks investissent dans le remanufacturing des pièces détachées pour prolonger leur durée de vie le plus longtemps possible, avec les mêmes garanties de qualité et de rentabilité que du neuf. Dans le cadre de sa stratégie de décarbonation du transport, le constructeur accélère pour atteindre 30% de son chiffre d’affaires de pièces détachées en reman d’ici à 2030.

Pourquoi jeter lorsqu’il est possible de recycler ? c’est tout l’intérêt de l’offre Renault Trucks Reman qui comprend une large gamme de produits remis à neuf. Son processus de rénovation ne laisse rien au hasard et s’intègre dans un circuit logistique qui permet de valoriser la pièce usagée de façon optimale. Chaque élément est remis à neuf selon un processus industriel rigoureux, et ce pour un coût jusqu’à 50% inférieur.

Entre 2018 et 2025, Renault Trucks compte réaliser une croissance de 60% des ventes Reman, répondant ainsi à une demande de plus en plus forte de ses clients. Si aujourd’hui l’offre représente 17% du chiffre d’affaires de pièces détachées de Renault Trucks France ; l’objectif visé dans les mois qui viennent est de 20%, puis 30% du chiffre d’affaires avec des pièces issues de l’économie circulaire d’ici à 2030.

Durabilité et respect de l’environnement

Avec environ 2 000 références en stock, la gamme REMAN couvre un très grand nombre de véhicules, industriels ou utilitaires, anciens comme récents. Choisir une pièce REMAN, c’est ainsi faire le choix d’une pièce responsable : sa production requiert en effet jusqu’à 85% de matières premières et 80% d’énergie en moins par rapport à la fabrication d’un produit neuf.

Les moteurs et les boîtes de vitesse, par exemple, sont rénovés dans l’usine du constructeur à Limoges selon un processus industriel respectueux de l’environnement :

Un premier lavage extérieur des carcasses par aspersion est opéré afin d’éliminer les pollutions externes, telles que la boue ou la poussière ; suivi d’un second lavage par immersion pour nettoyer les restes d’huile, de graisse et d’hydrocarbures.

L’intégralité des fluides nécessaires au processus industriel est récupérée, traitée et réutilisée dans le circuit. Seuls les déchets ultimes partent dans les filières de destruction appropriées.

Le choix des produits chimiques tels que la peinture hydrodiluable ou des produits non chlorés, associé au traitement des aspirations des bains par deux laveurs de gaz permettent de réduire l’impact des rejets atmosphériques.