Actu Coronavirus

Coronavirus : un tiers des poids lourds à l’arrêt en Belgique

Des mesures urgentes pour le secteur

La Belgique fait ses comptes : pas plus de 100 000 poids lourds sillonneraient ses routes chaque semaine depuis le début du confinement sur un total de 142 000. Soit seulement 30% du trafic habituel. C’est ce qui ressort des statistiques de Viapass. Comme en France, de nombreux transporteurs ont cessé totalement ou partiellement leurs activités.

L’Union Professionnelle du Transport et de la Logistique qui reste prudente sur les leçons de la crise à tirer constate « l’extrême fragilité du secteur Transport et Logistique aux moindres soubresauts de l’économie. » Pour l’UPTR, il convient aussi de « déjà réfléchir à l’après crise afin d’apporter des réponses structurelles aux problèmes financiers de trop nombreux entrepreneurs du secteur. Il ne convient en effet pas seulement de traiter les symptômes du malade, mais de le guérir de sa maladie. »

Des aides financières

L’UPTR demande à l’Etat dans un premier temps des mesures urgentes dont un délai de paiement supplémentaire de la taxe kilométrique et l’’intégration du secteur transport routier dans la liste des bénéficiaires de l’aide régionale de 5 000 euros pour tous ceux qui peuvent prouver une baisse substantielle de leurs activités. L’organisation belge souhaite aussi des mesures structurelles sur le long terme comme le raccourcissement des délais de paiement des factures de transport (maximum 30 jours) ou des règles légales permettant la suspension des contrats de leasing et d’assurances ainsi que l’annulation automatique des clauses abusives (et des sanctions).

« Après avoir été considéré comme l’un des maillons les plus essentiels de la lutte contre le coronavirus, les transporteurs ne comprendraient pas de retrouver leur (simple) statut de vache à lait » conclut l’UPTR.