Actu

La rentrée scolaire n’a pas dynamisé le marché autocar et autobus

Le CCFA a publié les immatriculations des 9 premiers mois 2023 en autocars et autobus pour la France. La rentrée scolaire n’a pas franchement dynamisé le marché mais le bilan n’est pas, à ce stade, préoccupant.

Avec 4339 immatriculations d’autocars et autobus sur les 9 mois de l’année 2023, le marché France n’est pas mal orienté. Il affiche une tendance positive à +6.2% par rapport à la même période de l’année dernière qui fut, il est vrai, mauvaise sur ce secteur d’activité.

Iveco Bus fait toujours figure de chef de file avec 2085 immatriculations (auxquelles il faudrait ajouter les 129 autobus Heuliez Bus). S’il domine le marché, la tendance n’est toutefois pas très positive puisque la croissance n’est que de +2.6%. Mais la marque avait une part de marché historiquement haute en 2022. Heuliez Bus affiche un vilain -45%. La marque de Rorthais (Deux-Sèvres) ne réalisant que des autobus urbains, elle est donc très sensible aux appels d’offres. Deuxième groupe, comme toujours, on retrouve Daimler Buses (Mercedes-Benz à 824 immatriculations et Setra dont la situation devient de plus en plus préoccupante avec 26 unités). La firme à l’étoile signe une très belle croissance de +57.4%. Traton est le fidèle 3ème avec 420 immatriculations pour MAN et 101 Scania. Cruelle ironie, Scania croît en France de+48.5% au moment où la firme de Södertalje annonce la fermeture des usines Polonaises et l’arrêt de fabrications des Scania Interlink et Scania Citywide de nouvelle génération. MAN oubliera cette année en France puisque la marque y affiche un vilain -17%.  Attention toutefois, les immatriculations de Neoplan sont noyées dans les Divers qui, eux affichent un insolent +32,8% (sur des volumes de seulement 89 unités selon le CCFA).

Le duo de marques turques Temsa et Otokar Europe continue de se battre au coude à coude. Temsa ayant l’avantage avec 165 immatriculations (en hausse de +5.5% soit légèrement moins que le marché). Otokar Europe est à 120 unités, avec surtout un vilain -6.3% qui contraste avec la tendance globale. Il commence à sentir la pression de son compatriote turco-nippo Isuzu Anadolu qui pointe à 118 immatriculations. Il est quasi-stable avec +1.7% de croissance ; en contraste avec le marché toutes marques France. Irizar arrive à 74 immatriculations, soit une croissance de +17% cars et bus confondus. Ce n’est pas une année record, mais elle n‘est pas mauvaise pour le constructeur-carrossier Basque Espagnol. Dommage que le CCFA ne détaille pas davantage la segmentation de marché.

Malgré ses 53 immatriculations, Volvo Buses, réalise une bonne année (+32.8%) car la marque n’a pas d’autocar scolaire à proposer. Comme Scania, cette croissance est assez paradoxale au vu de l’attitude de leurs maison-mères ayant choisi de délocaliser ou de se désinvestir du marché européen du véhicule complet en 2023. Van Hool, sans être à ses plus hauts, réalise une bonne année avec 52 unités. La firme a commencé les livraisons de son nouvel autocar Van Hool série T et affiche un +13% honorable. La fin d’année devrait confirme cette tendance avec quelques livraisons d’Exqui.City pour Ile de France Mobilité. VDL Bus & Coach est toujours anormalement bas, mais a repris les immatriculations de véhicules neufs avec 26 unités cumulées (et surtout 8 pour le seul mois de septembre).

On notera que le marché du véhicule d’occasion a représenté 5531 transactions, en baisse de -9.2% par rapport à la même période de 2022. C’est une sorte de retour à des valeurs normales après la période artificielle d’emballement post-Covid.