Actu

Les immatriculations VI continuent leur baisse en Europe

En octobre, selon l’ACEA, les immatriculations de véhicules utilitaires neufs en Europe ont poursuivi leur baisse (-16,4 %). Mais sur l’ensemble de l’année, elles sont en hausse totalisant 1,6 million de véhicules. La baisse des poids lourds a été limitée (-4,5%) le mois dernier.

Tous les segments de véhicules ont enregistré des baisses en octobre, mais les ventes d’utilitaires et d’autobus ont chuté le plus significativement. La performance globale de la région n’a pas été aidée par ses plus grands marchés, car les quatre ont subi des pertes à deux chiffres le mois dernier : l’Espagne (-32,7%), l’Allemagne (-24,3%), la France (-23,3%) et l’Italie (-22,9%). Sur l’année, les résultats des quatre grands marchés de l’UE sont restés en territoire positif : l’Italie (+22,2%), la France (+11,8%), l’Espagne (+4,5%) et l’Allemagne (+4,3%).

En octobre, la demande de poids lourds dans l’Union européenne s’est à nouveau contractée (-4,5 %). La plupart des pays d’Europe centrale ont enregistré des gains, y compris la Pologne (+22,9%), tandis que les immatriculations sur tous les marchés clés d’Europe occidentale se sont contractées le mois dernier, affectant négativement les résultats globaux de l’UE. Depuis janvier, près de 200 000 nouveaux poids lourds ont été immatriculés dans l’UE, soit une augmentation de 24,1 % par rapport à la même période en 2020. Grâce à la base basse de 2020, tous les principaux marchés ont réussi à rester en territoire positif 10 mois après le début de l’année : Italie (+30,5%), Espagne (+18,6%), Allemagne (+12,3%) et France (+8,3%).

Le mois dernier, la demande d’utilitaires a diminué de 7,5% pour atteindre 23 479 nouvelles immatriculations. Tout comme dans le segment des poids lourds, l’Europe centrale a affiché des résultats positifs en octobre, en particulier la Pologne (+20,1%), qui est l’un des principaux marchés de l’UE en termes de volume. En revanche, la performance des grands marchés d’Europe occidentale a été pire qu’en octobre 2020. De janvier à octobre, les immatriculations d’utlitaires neufs dans l’Union européenne ont augmenté de 19,5 %, comptant 240 369 unités vendues au total. À l’exception de la Grèce (-9,8 %) et de Chypre (-21,1 %), tous les marchés de l’UE ont affiché une croissance sur cette période de 10 mois, y compris les quatre principaux.

Les volumes de ventes d’octobre dans le segment des bus ont diminué de 21,9% par rapport à l’année précédente. Les faibles résultats des plus grands marchés, notamment la France (-28,4 %) et l’Italie (-48,7 %), ont pesé sur la performance globale de la région. Bien que les petits marchés aient en fait connu une forte croissance le mois dernier, cela n’a pas été suffisant pour compenser les pertes. Dix mois après le début de 2021, les nouvelles immatriculations de bus dans l’UE ont augmenté de 2,4 %, principalement grâce aux gains réalisés au cours des mois précédents. La France, avec 5 552 unités, premier marché en volume, connaît une croissance de 12,5 %. L’Italie a suivi avec une augmentation de 8,7% des immatriculations de bus, tandis que les ventes espagnoles (-8,3%) et allemandes (-5,3%) se sont contractées au cours de cette période.

Source : ACEA

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)