Actu

Réforme retraites : les routiers passés sous silence

Quelques heures après le discours d’Edouard Philippe, les syndicats du transport routier ne décolère pas. Alors qu’a été évoqué le cas des conducteurs de la SNCF et de la RATP, rien n’a été dit sur les conditions de retraite des routiers. Pire, les organisations syndicales n’ont pas été consultées ni par le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebarri, ni par les ministères concernés. Tous les syndicats (CFDT, FO Transport, la CFTC et la CGC) y compris la CGT annoncent un lundi noir sur les routes, jour de leur mouvement.

« Djebarri ment volontairement quand il dit qu’il a rencontré les OS du Transport Routier et Activités Auxiliaires sur le sujet » lance FO Transport qui estime que les conducteurs routiers sont passés sous silence. Les syndicats reprochent au successeur d’Elisabeth Borne de s’être montré plusieurs fois avec les cheminots et les agents de la RATP en ayant délaissé le secteur du transport routier de marchandises.

Fin du CFA

«Nous mettrons fin aux régimes spéciaux», mais «progressivement, sans brutalité, avec respect, calme et détermination», a déclaré le premier ministre. Le Congé de Fin d’Activité qui fait partie des 42 régimes spéciaux vit-il ses dernières heures ? Matingon s’est basé sur ceux qui profitent des régimes spéciaux dont l’âge légal de départ est de 52 ans comme les conducteurs SNCF et RATP. Dans ce cas, les générations avant 1985 ne seront pas concernées. Mais étrangement, les routiers ne sont pas mis au même régime. Le maintien du CFA dépendra du financement. Pour l’heure, le gouvernement a accordé un sursis de trois ans, dixit Djebarri. L’Etat a annoncé « qu’il accompagnera les partenaires sociaux dans les négociations sur l’évolution du CFA et la mise en place d’un dispositif de gestion des fins de carrière. » Avec un bé mol : les syndicats devront discuter directement avec Bercy.

Une grève dure s’annonce lundi

Il n’en fallait pas moins pour attiser le mécontentement des syndicats du transport routier qui, avant même les annonces d’Edouard Philippe, avaient décidé d’un mouvement lundi prochain. Et la retraite ne sera pas le seul sujet épineux revendiqué. Les syndicats comptent manifester sur les salaires, le 13ème mois pour tous, les conditions de travail, l’extension des accords signés, la non application par les employeurs des avenant signés et étendus mais aussi l’attractivité des métiers. Et la décision de la CGT, même s’il n’est pas le bienvenu pour certains, de rejoindre le mouvement annonce une grève soutenue et forte, et ce 24 heures avant une nouvelle journée nationale mardi. Plusieurs secteurs devraient lancer des actions, non seulement la route mais aussi les voyageurs, la logistique, le déménagement, le sanitaire. C’est ce que l’on appelle une unité.