Actu Coronavirus

UE : une députée espagnole demande une harmonisation des temps de conduite

Assouplir les règles

Izaskun Bilbao Barandica, députée basque espagnole, souhaiterait une harmonisation des temps de conduite et de repos des conducteurs routiers face aux « exigences posées par la pandémie du COVID-19. » Elle l’a clairement formulé vendredi à la Commissaire aux transports à ce que la Commission européenne.

« Les conditions particulières dans lesquelles les professionnels effectuent leur travail, en particulier dans le secteur du transport routier, recommandent d’assouplir la règle sur les temps de conduite et de repos et de la faire uniformément dans toute l’UE » a-t-elle déclaré. « La logistique ordinaire ne fonctionne pas de nos jours. Les professionnels ne sont pas toujours en mesure de charger le camion à temps et aux emplacements prévus et les itinéraires et les trajets de travail traditionnels sont modifiés. Ces circonstances doivent donc être prises en compte et appliquées de manière uniforme dans l’ensemble de l’UE. »

« L’initiative de la  représentante européenne répond aux plaintes et aux préoccupations de diverses associations professionnelles, en particulier celles qui incorporent des associés qui effectuent des transports internationaux » fait savoir l’Unostra qui rapporte l’information.

Une dispersion réglementaire

« A la suite de la pandémie, un nombre important d’Etats membres de l’Union, ont adopté ces dernières semaines une série de dispositions unilatérales concernant l’application du règlement 561/2006 qui régit, entre autres aspects , le temps de conduite et de repos à respecter par les professionnels du transport routier » fait constater la député espagnole regrettant que les modifications ne soient pas homogènes. Ce qui a généré une dispersion réglementaire qui entraîne «de grandes différences dans le régime applicable à cette activité dans les pays voisins, rendant très difficile l’exploitation du transport international.

Un camion quittant Lisbonne doit actuellement se conformer à des régimes complètement différents en Espagne, en France, en Allemagne ou en Belgique pour atteindre le centre de l’Europe, ce qui génère un énorme « stress administratif » pour les entreprises pour planifier des itinéraires adaptés à la situation, une insécurité juridique notable pour tous les opérateurs et de graves problèmes de fonctionnement pour les conducteurs.

Izaskun Bilbao Barandica a déclaré enfin que « les sanctions imposées au titre de ces régimes transitoires peuvent avoir une validité compte tenu de leur nature étatique et unilatérale dans un domaine où la concurrence pour l’harmonisation des réglementations est sans aucun doute commune. »

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)