Actu

Baromètre TLF : le climat des affaires s’est dégradé

Selon le nouveau baromètre TLF, alors que l’année 2022 s’est terminée sur une note positive pour le transport routier (activité en hausse de 5%), le climat des affaires se dégrade. Dans le même temps, on assiste à une augmentation des prix et à un décrochage des volumes jusqu’à 8%.  

Porté par les prix du carburant, le chiffre d’affaires sectoriel a progressé de 11 % en 2022. Les répercussions « gazole » sur les prix du TRM n’ont toutefois été que partielles. Sous pression concurrentielle, de nombreux transporteurs ont en effet consenti des marges réduites.

« C’est là une stratégie dangereuse qui ne peut tenir dans le temps, sans quoi le secteur pourrait endurer une vague de défaillances et un ajustement de l’emploi. Après de nombreuses embauches en 2020-2021, l’emploi du TRM n’a d’ailleurs pas progressé en 2022 (431 000 salariés en fin décembre) » soulignent les auteurs.

Suivant une reprise en 2021, la croissance des transports ferroviaires de marchandises s’est poursuivie au 1er semestre 2022. Au 2d semestre, le fret ferroviaire décroche cependant. Avec seulement 8,3 milliards de tonnes- kilomètres au 4e trimestre (cvs), l’activité s’inscrit en baisse de 7,6 % sur un an. Sur l’ensemble de l’année 2022, l’érosion se réduit toutefois à 0,6 %.

Le transport fluvial de marchandises affiche des volumes particulièrement bas, en baisse de 21 % sur un an au 4e trimestre 2022 et de 9 % sur l’ensemble de l’année. Les prix du secteur ont sensiblement augmenté jusqu’au 3e trimestre 2022 (+17 % sur un an), suivant en cela l’envolée du coût des carburants. Au 4e, ils sont quelque peu redescendus, tout en restant 6 % supérieur à ce qu’ils étaient un an auparavant.

Bonne tenue de la logistique

En 2021, l’activité logistique avait progressé de 9,8 %. Sa croissance s’est maintenue en 2022, bien qu’à un rythme moindre : +3,9 %. La fin d’année pointe néanmoins un ralentissement plus significatif, avec un 4e trimestre en hausse réduite à 1,8 % sur un an, et en baisse de 0,8 % relativement au trimestre précédent. La progression du chiffre d’affaires (+8 % en 2022) est portée à la fois par les volumes et les prix. Ce chiffre d’affaires mensuel étant stable depuis l’été 2022, sa progression annuelle ne repose que sur le 1er semestre de l’année. Côté immobilier logistique, la demande placée se maintient à un niveau satisfaisant, bien qu’en net retrait relativement à l’année précédente (-21 % sur un an au 1er trimestre 2023). L’investissement a battu des records l’an dernier, grâce aux négociations conduites avant le déclenchement de l’invasion russe en Ukraine. Les investissements de fin 2022 et début 2023 pâtissent pour leur part du contexte macroéconomique.

Et après ? Selon le baromètre TLF, la demande des prochains mois s’inscrirait encore en nette baisse. En mai, le solde d’opinion sur la demande des 3 prochains mois s’avère particulièrement bas. La demande est une contrainte à l’activité pour 29 % des répondants. Depuis l’été 2019, la capacité des entreprises à répondre à la demande est le premier facteur limitant : 43 % des sondés en avril, contre 50 % l’été dernier.