Coronavirus

Coronavirus : le pire scénario existe-t-il pour le transport routier

L’arrêt total des camions

Le coronavirus pourrait-il entraîner l’arrêt de tous les camions en France ? Le scénario est peu envisageable, le gouvernement ne souhaitant pas limiter les transports à l’exception des transports en commun si la situation se dégradait. « Il ne s’agit pas d’arrêter le pays » quand bien même des restrictions de circulation dans les transports publics seraient décidées si le nouveau coronavirus continuait de s’étendre en France, a assuré hier la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne. Comme en Chine, la France ne pourrait pas se permettre de stopper la circulation des poids lourds.

« Différents scénarios sont envisagés » dans le cas d’un éventuel passage au «stade 3» de l’épidémie, mais «il n’est pas question d’arrêter de faire rouler les trains», a-t-elle confirmé. Elisabeth Borne avait reçu hier dans l’après-midi les entreprises et opérateurs des secteurs relevant du ministère de la Transition écologique pour faire un point sur le coronavirus Covid-19

Concernant les transports en commun, pas de restrictions pour l’heure. Mais l’option n’est pas exclue. Invité d’Europe 1, Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’État chargé des Transports, a rappelé que des mesures d’information ont été mises en place mais également des mesures d’équipement», la SNCF disposant, par exemple, de stocks de masques et de gels hydroalcooliques en nombre suffisant. «Et puis, a-t-il assuré, il y a ce qu’on appelle des plans de continuité : on prépare la phase épidémique si elle arrive. Cela permettrait dans une version un peu maximaliste de procéder à des restrictions», a-t-il précisé.

Risques économiques possibles

Pour les marchandises, aucune restriction n’est envisagée. Le secteur n’évoque pas pour l’instant d’impacts sur les entreprises de transport. Les seuls contacts limités pour les conducteurs confinés dans leur cabine n’ont lieu lors des chargements et des déchargements dans les entrepôts.

Même la Chine n’avait pas interdit complétement la circulation des poids lourds au début de la crise. Des centaines de véhicules transportant des fournitures de secours ont été réquisitionnés par les autorités, la route étant la solution plus pratique et plus contrôlable. Parallèlement, les transporteurs et sociétés de logistique ont apporté leur aide en envoyant des dizaines de leurs camions sur les sites atteints par le virus. Le ministre chinois des transports a même déclaré que « le transport routier et la livraison de fournitures d’urgence et de produits de nécessité quotidiens ne seraient jamais suspendus ».

La seule crainte pour le TRM est d’ordre économique. En rupture d’approvisionnement de matières premières venant de Chine, des entreprises françaises ne parviennent plus à produire et ne font plus appel aux transporteurs. De même que les entreprises de transport qui ont l’habitude de travailler avec le nord de l’Italie ont vu leur trafic chuter depuis la semaine dernière.

Pour l’anecdote, un camion chargé d’un conteneur parti de l’Allemagne est arrivé dimanche soir à Taicang, ville de la province chinoise du Jiangsu (est), représentant le premier camion de fret direct entre Taicang et l’Allemagne depuis le début de l’épidémie de nouveau coronavirus.

Crainte du droit de retrait

Seule interrogation tant pour le transport en commun que pour le transport routier de marchandises, le droit de retrait. Hier des conducteurs de bus exploités par les opérateurs Keolis et Transdev dans l’Essonne avaient exercé leur droit de retrait par peur du coronavirus. Elisabeth Borne a souligné que les entreprises de transport recevaient des consignes des pouvoirs publics. «Quand les entreprises respectent ces consignes, le droit de retrait ne s’applique pas», a-t-elle jugé, renvoyant au dialogue social. Le scénario pourrait se produire dans n’importe quelle entreprise de transport.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

One Response

  1. mon mari est chauffeur routier camion frigorifique quand on voit des entreprise comme bonduel fermer les toilette s aux chauffeur pour pas entrer dans l’entreprise et vous demande de decharger le camion sur le quai quel honte les chauffeur routiers ne sont pas de la merde . Ils côtoient des centaines de personnes sans aucune protection .

Comments are closed.