Actu

Incendies de bus électriques : un défaut de batteries

Selon les premiers éléments de l’enquête, les batteries seraient en cause dans l’un des deux incendies de bus électriques produits par Bolloré. Comme nous l’avions déjà évoqué, les batteries lithium-ion utilisées sont réputées instables et particulièrement sensibles aux chocs. L’emballement thermique pourrait en être la cause.

Après les deux incendies, la RATP avait immédiatement retiré, «par mesure de précaution», les 149 autobus électriques de la série produite par Blue Solutions, une société du groupe Bolloré qui représente 30% de sa flotte électrique.

Le directeur général d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), Laurent Probst, a avoué hier que plusieurs autres bus « sur les 10 500 en Ile-de-France » avaient déjà brûlé.  Le premier incendie a été provoqué par « un défaut sur la batterie  », a relevé le responsable. «On ne sait pas encore si c’est ce défaut-là qui a provoqué l’incendie sur le second bus», a-t-il ajouté, rappelant que des enquêtes sont en cours et qu’il est «encore un peu trop tôt» pour tirer des conclusions.

A lire aussi : incendies d’autobus électriques, quels enseignements pour le transport de marchandises ?

Laurent Probst a confirmé qu’aucun incident n’a été relevé sur les autres bus électriques dont la première série de Bolloré. C’est la seconde qui a posé des problèmes. « On s’inquiète seulement pour ces 149 bus-là qu’on a sortis de la circulation», a-t-il relevé.