Actu

Le Sénat américain retoque le projet de nouvelles normes EPA

Coup de théâtre outre-Atlantique. Le Sénat américain a voté contre le projet de règlementation des émissions rédigé par l’EPA (Environmental Protection Agency). Dans un vote très serré (50 vs 49), il a finalement rejeté le texte devant sévériser les normes d’émissions des camions et autocars américains. Aussitôt, la Maison Blanche et le porte-parole du Président Joe Biden ont déclaré qu’ils appliqueraient leur droit de veto sur le vote du Sénat.

Le texte, qui a été soutenu par les républicains et le sénateur démocrate Joe Manchin, vise à abroger le projet finalisé par l’administration Biden et l’EPA fin décembre 2022. Les républicains soutiennent qu’en l’état, le projet était trop difficile à mettre en œuvre, coûteux (surtout pour les petits transporteurs) et aurait entraîné une inflation des coûts de transport et logistiques.

Sans surprise, la Maison Blanche reprend l’argumentaire de l’EPA mettant en avant le rôle positif des mesures sur la santé, la réduction de la pollution atmosphérique et qu’il contribuerait à « promouvoir la justice environnementale » (sic).

Le Sénateur républicain Deb Fischer de l’Etat du Nabraska , qui a conduit la fronde contre le texte a déclaré que celui-ci « nuirait à des emplois jusqu’à présent bien rémunérés ». On retrouve le schéma classique des défenseurs de l’économie partisans du « laisser faire » cher aux libéraux face aux défenseurs de l’environnement décidés à obtenir une sévérisation des règlementations anti-pollution.

La Chambre des représentants n’a pas encore voté. Mais une majorité simple dans les deux chambres contre le texte de l’EPA pourrait entraîner l’annulation du projet tel qu’il est aujourd’hui proposé.

On sait que les constructeurs s’étaient opposés au texte, le sujet suscitant le plus d’opposition et de critiques étant le calendrier retenu et les deux scénarii envisagés[1]. Une position qui rappelle étrangement ce qui se passe en Europe avec Euro VII. Mais l’opposition la plus virulente vient des associations de transporteurs, effrayés par les surcoûts[2] que ces mesures pourraient entraîner sur les véhicules et leur exploitation[3] .

[1] Voir à ce sujet https://www.trm24.fr/les-etats-unis-preparent-leurs-normes-demissions-poids-lourd-3/

[2] Voir à ce sujet https://www.trm24.fr/epa-les-nouvelles-normes-devraient-couter-9-milliards-aux-constructeurs/

[3] Voir à de sujet https://www.trm24.fr/les-futures-normes-de-lepa-suscitent-le-debat-aux-usa/