A (RE)VOIR Actu

Tassement de la productivité des poids lourds en France

Le secteur du transport routier de marchandises a enregistré en 2022 un certain tassement de la productivité des poids lourds en France. Les parcours à vide ont tendance à de nouveau augmenter tout comme l’immobilisation des véhicules, selon le Comité National Routier (CNR). Même si l’activité TRM reprend, le kilométrage parcouru par camion enregistre une baisse sur la même période.

Dans son enquête Longue Distance réalisée chaque année, le CNR parle d’un « tassement de la productivité des véhicules », d’un côté une stabilité du taux de parcours en charge et d’un autre une diminution du taux de chargement sur parcours en charge (- 0,7 point). « Le produit de ces deux taux donne le coefficient de chargement du véhicule. Quand ce coefficient est de 100 % (cas théorique), le véhicule n’effectue aucun parcours à vide et la totalité de la distance est réalisée avec un taux de chargement maximal » indique le CNR.

Ainsi, le coefficient de chargement passe de 76,4 % en 2021 à 75,9 % en 2022. A activité théorique constante, le volume de transport produit par véhicule se contracte de – 0,7 % en 2022.

Autre constat : les temps d’attente progressent de +0,8% en un an. Temps d’attente se traduisant par une immobilisation du camion. Avec une nuance : « les temps d’attente globaux (chargement et déchargement) sont minimaux pour les entreprises de 50 salariés et plus : 3,06 heures, contre 3,11 heures et 3,42 heures pour les entreprises appartenant aux deux premières classes d’effectifs » commente le CNR. La majorité des temps d’attente, 91 % pour le déchargement et pour le chargement, se concentre entre 1 et 2,5 heures.

Baisse du kilométrage parcouru

Le CNR constate par ailleurs une diminution du kilométrage parcouru par les véhicules de – 3,4 % en un an pour le kilométrage total annuel et de – 3,8 % pour le kilométrage rapporté à une journée d’exploitation. Le coefficient de chargement du véhicule (produit du taux de kilométrage en charge et du taux de chargement sur parcours en charge) baisse aussi (-0,5%).