Actu

Le mouvement des routiers canadiens fait boule de neige

Partant du mouvement canadien, « Convoi de la liberté », plusieurs centaines de routiers néo-Zélandais ont décidé de bloquer le Parlement à Wellington pour protester contre les mesures sanitaires. En Europe, plusieurs informations circulent sur un probable convoi mais les routiers n’osent pas s’y engager.

La manifestation s’est déroulée dans le calme et aucune arrestation a eu lieu. Pour le gouvernement, pas question de discuter avec les routiers. « 96% des Néo-Zélandais se sont fait vacciner, ce qui nous permet de vivre aujourd’hui avec moins de restrictions grâce à la protection supplémentaire que cela a apporté», a-t-il commenté.

La situation ne s’arrange pas à Ottawa. Arrivés en nombre le 29 janvier devant le Parlement, entre 400 et 500 camions bloquent toujours le centre-ville. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a exhorté les centaines de routiers à mettre un terme à leur mobilisation, après un appel à l’aide du maire de la capitale canadienne.

En France, des milliers d’opposants au pass vaccinal appellent sur les réseaux sociaux à “rouler sur Paris” samedi, une initiative “prise au sérieux par les autorités”, selon une source policière. Certains appellent à une “convergence européenne” ensuite à Bruxelles lundi 14 février. Mais, contrairement aux truckers canadiens, les routiers français ne sont pas propriétaires de leur camion. Et on le voit depuis plusieurs années, plus aucun conducteur n’ose participer à quelconque mouvement de peur de perdre leur travail ou même de voir leur permis de conduire suspendu.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)