Actu

SOLUTRANS : Les ZFE réinventent les véhicules industriels

Les ZFE et leur impact sur l’industrie du véhicule industriel et sur le transport routier étaient au cœur des débats à Solutrans hier lors de la conférence d’ouverture. Adéquation des véhicules aux normes environnementales, promotion de la logistique urbaine durable, innovation technologique pour la livraison urbaine, autant de sujets abordés lors de cette table ronde inaugural de Solutrans avec les acteurs directement concernés par les ZFE : transporteurs, chargeurs, constructeurs, …

Trois groupes se sont partagé le micro avec pour commencer, Jean-Charles Kohlhaas, vice-président de la métropole de Lyon, qui a bien entendu défendu l’idée des ZFE et notamment celle de Lyon, malgré les différentes réglementations qui sont encore en cours d’élaboration. S’il s’agit bien entendu de réduire drastiquement les émissions de polluants, la métropole se doit de travailler avec tous les acteurs concernés, à commencer par les transporteurs, les artisans et ce en collaboration avec l’ensembles de leurs représentants : CCI, Chambre des Métier, Chambre d’Agriculture…

Le manque d’harmonisation de l’ensemble des ZFE en France a également été souligné par Christophe Schmitt, Président de la commission logistique urbaine de TLF. Horaires, tonnages, limites géographiques… autant de problématiques pas encore clairement résolues pour les 530 000 poids lourd et les 2,5 millions de VUL qui circulent en France. Sans parler du renouvellement éventuel des flottes des transporteurs pour compte d’autrui et de ceux des transporteurs pour compte propre, qui ne se réalisent pas forcement au même rythme.

Pour Clément Mouzon, délégué général de l’AVERE, les ZFE représentent un véritable enjeux sanitaire, d’où l’urgence de leur mise en place et de leur harmonisation à court terme, avec une vision globale à long terme, afin de préparer tous les acteurs aux changements imposés par Bruxelles ou par l’accord de Paris.

Position plus radicale pour William Toddts, directeur général du Think Tank Transport et Environnement qui prône une décarbonation totale de l’économie grâce à l’électrique et à terme à l’hydrogène !

 

Des constructeurs avec une offre multiple

L’ensemble des constructeurs présents à Solutrans présentent aujourd’hui des gammes compètes allant bien entendu du véhicule thermique au véhicule électrique, en passant par le choix de carburants de substitution, gaz, biogaz, B 100, HVO … Si les gammes électriques, étaient d’abord réservées aux utilitaires et moyen tonnage, elles s’ouvrent aujourd’hui aux véhicules long courrier allant jusqu’à 600 ou 800 kilomètres d’autonomie. Pour Jean-Yves Kerbrat, Directeur Général de MAN Truck & Bus France, en 2030, un véhicule vendu sur deux sera électrique. En attendant, tous les constructeurs, continuent d’investir dans de nouvelles gammes, toujours moins polluantes et répondant toujours mieux aux normes fixées par Bruxelles.

Qu’il s’agisse des équipementiers et notamment des groupes frigorifiques comme Carrier, ou des loueurs comme Petit Forestier, tous accompagnent les transporteurs dans la transition énergétique en apportant conseils et propositions les mieux adaptés à leurs usages. De la livraison de nuit à la recherche de la meilleure énergie pour des livraisons adaptées aux ZFE, des entreprises comme Consultruck aident l’ensemble de la filière, voire surveillent les flux pour une étude plus fine des véhicules entrant et sortant des zones urbaines, comme Ecologie Logistique.

Les ZFE : un défi à affiner

De l’idée à la mise en place et à ses implications, la route des ZFE n’est pas droite. Si tous les acteurs sont prêts à jouer le jeu, encore faut-il avoir une vision claire à court, moyen et long terme, afin que toutes les parties prenantes puissent s’adapter et anticiper, autant que faire se peut l’avenir de nos cités et bien entendu de nos transports.

Patrick Estier