Économie

Création entreprises : les services de livraisons à domicile explosent

Webfleet camions transport

Alors qu’une étude de la Coface annonce une hausse de 9% des défaillances des entreprises de transport, l’Insee révèle que les activités de transport et d’entreposage ont le plus contribué à la hausse record des créations d’entreprises (tout secteur) en France en 2018. Les services de livraisons à domicile explosent.

Le nombre de créations d’entreprises en France a atteint l’an passé un record de 691 000, tiré par une progression de 28% des micro-entreprises, ainsi que des entreprises individuelles classiques (+20%), a rapporté l’Insee.

Concernant les activités de transport et d’entreposage, elles ont le plus contribué à la hausse, avec 68% de créations d’entreprises en plus sur un an (+ 28 600), là aussi grâce aux micro-entreprises (+80,5%) et aux entreprises individuelles classiques (+104,9%). Avec 70 400 nouvelles entreprises en 2018, le secteur représente ainsi 10 % de l’en- semble des créations. Un envol dû pour l’essentiel aux activités de courrier et aux services de livraison à domicile : + 25 800 créations, soit + 116 % en 2018 après + 64 % en 2017. Il est majoritairement le fait des immatriculations sous le régime du micro-entrepreneur (+18 600) mais aussi, dans une moindre mesure, des créations d’en- treprises individuelles classiques (+7 100). Avec 48 000 créations au total en 2018, les autres activités de poste et de courrier représentent ainsi près de sept créations sur dix dans le secteur des transports et de l’entreposage.

Les créations d’entreprises s’accroissent dans presque toutes les régions et “l’Ile-de-France contribue pour plus du tiers à l’augmentation globale (+33.500 créations, soit une hausse de 19% par rapport à 2017)”. Les régions les plus dynamiques sont la Guyane, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, la Normandie et la région francilienne, tandis que la Corse, les Hauts-de-France et les DROM forment le bas du tableau.

Enfin, les femmes ont créé 39% des entreprises individuelles, une proportion “stable depuis 2015, alors qu’elle augmentait progressivement depuis 30 ans”, constate l’Institut, qui souligne des différences sectorielles selon le sexe : la part des hommes est ainsi plus importante dans la construction, les transports et l’entreposage et l’information/communication, tandis qu’elle est moins remarquable dans l’enseignement, l’industrie et les autres services aux ménages.