LA REPRISE

Filière VI : « Il faut une reprise de l’activité en mai » Patrick Cholton, président de la FFC

La filière a retrouvé 20 à 25% de son activité

Lors d’une visio-conférence de presse hier, Patrick Cholton, président de la FFC, a souhaité « une reprise de l’activité au plus vite, mi-mai ». Positionnant la FFC en porte-parole de la filière du véhicule industriel et urbain, il a apporté quelques précisions sur l’étude que la fédération a publiée la semaine dernière sur les perspectives de la filière tout en s’estimant confiant : « l’automobile aura plus de mal à repartir que le véhicule industriel. »

Relire l’étude Perspectives filière du véhicule industriel et urbain : 36 200 immatriculations pour 2020, selon la FFC

« Il faut une reprise de l’activité au plus vite, mi-mai, pour récupérer les bénéfices acquis au fil des années après 2008-2009, et ce dans les conditions sanitaires maximales » avant de préciser : « En 2019, nous avons mis 10 ans pour revenir aux chiffres d’avant la crise de 2007. » Pour l’heure, alors que certaines entreprises étaient pour la plupart en sommeil en mars, aujourd’hui elles sont ouvertes à 90%. « La filière a retrouvé 20 à 25% de son activité, à l’exception de ceux qui produisent des kits. Ces derniers produisent à 70% pour livrer les constructeurs. »

L’étude réalisée en collaboration avec le cabinet de conseil le BIPE et BDO Advisory sur les perspectives de marché de la filière du véhicule industriel et urbain estime que les immatriculations de véhicules industriels neufs en France devraient baisser de 35% en 2020 (36 200 immatriculations) avant de s’envoler en 2021 (+22% avec 44 000 véhicules).

Baisse de 80% des prises de commandes

Lors de cette visio-conférence de presse, Patrick Cholton a fait un point sur les commandes dans le secteur : « Avant la crise, nous avions 3 à 4 mois de commandes. Nous avons enregistré une baisse de 80% des prises de commandes dans la filière dès l’annonce du confinement. L’activité doit donc reprendre très vite, afin d’honorer les commandes souffrance. » Il a précisé toutefois que « 40% des réapprovisionnements provenaient de Chine, la Chine qui n’a pas hésité à augmenter les prix. »

Autre point qui peut pénaliser l’activité, les carrossiers-constructeurs déplorent les délais de livraisons de châssis annoncés par certains constructeurs VI (septembre-octobre) « Attention à l’Allemagne et l’Italie, qui ont déjà repris ! »

Relancer la filière

Alors que la filière Logistique a présenté un plan de relance, la FFC a fait part de ses demandes au gouvernement en adressant un courrier à Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie. « Il faut impérativement une relocalisation des industries en France et en Europe. Nous souhaitons aussi un investissement dans les machines de production. Mais avant tout, il est nécessaire de restructurer la chaîne logistique et de mettre en avant les énergies renouvelables. Enfin, nous souhaitons que soit intégrée une cellule VI-VU au sein de la PFA » a déclaré le président.

Patrick Cholton a rappelé que « la filière est une chaîne. Il ne faut pas qu’un maillon ne fasse pas son travail. Il y aura des dépôts de bilan si la trésorerie n’est pas au niveau d’aujourd’hui. Nous enregistrons 35% d’impayés à ce jour. Certaines entreprises vont perdre jusqu’à 2 à 3 mois de trésorerie, en raison de délais de paiement non respectés. A ce titre, nous encourageons les entreprises victimes de mauvais payeurs, à prendre contact avec le médiateur des Entreprises. »

« D’ici 2021 à 2022, nous pourrions revenir à des chiffres de 2017-2019, si la reprise d’activité se fait le plus rapidement possible» a conclu Patrick Cholton.

A lire aussi : Etude FFC, les professionnels de la carrosserie automobile très inquiets

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)