Actu

Le transport routier de marchandises norvégien détaillé par le CNR

Pour la première fois, le CNR s’est intéressé au pavillon norvégien. Hors de l’UE mais dans l’Espace économique européen (EEE), les activités TRM sont essentiellement nationales (pour 91% du transport routier). A noter que le pays privilégie les véhicules de type EMS pour mieux s’intégrer au marché de son voisin suédois.

Le CNR s’est penché aussi sur les conditions de travail des conducteurs. Ils bénéficient avant tout d’une « généreuse convention collective sectorielle ». Le salaire mensuel observé par le CNR dépasse les 4 500 €/mois brut. Malgré le faible niveau des cotisations sociales, parmi les plus basses de l’Europe avec 14 % pour l’employeur et 7,9 % pour le salarié, le coût annuel du conducteur norvégien atteint un niveau record de 71 774 €, soit 44,01 € par heure de conduite ou 0,69 € par kilomètre.

Les mégacamions font partie du paysage routier en Norvège. Selon le CNR, le coût total d’un ensemble EMS norvégien de 60 tonnes affecté à l’international est estimé à 230 464 €, ou 1,92 € au kilomètre. Rapporté à la tonne transportée, ce coût est comparable à celui d’un ensemble 40 tonnes belge, mais inférieur au coût français, italien ou néerlandais. « Ces véhicules sont onéreux, mais leur avantage dépasse la logique économique de massification des marchandises » commente le CNR.

La Norvège compte 7 658 entreprises de transport et 29 046 salariés. Parmi ces entreprises, une très grande majorité serait de très petite taille, soit entre 1 et 3 véhicules, dont une partie inactive. Une partie des entreprises se présentant comme des transporteurs et reconnus comme tels sont en réalité des commissionnaires de transport, propriétaires d’aucun véhicule moteur.

Consultez ici l’intégralité de l’étude CNR sur le transport routier de marchandises norvégien

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *