Actu Coronavirus

TEMOIGNAGE : le virus va passer en Grande-Bretagne avec les camions (Tony Corsy)

Son nom : Tony Corsy. Routier depuis 21 ans, dans la même entreprise, dans le Nord, il fait en régulier la ligne pour la Grande-Bretagne. Son constat est alarmant : « il y a très peu de contrôles et aucun dispositif sérieux pour les routiers. Le virus va passer avec les camions. » Avec un grand risque de l’attraper.

Alors que le passage des personnes est désormais interdit, celui des marchandises est maintenu. Encore aujourd’hui, près de 10 000 poids lourds passent en Grande-Bretagne soit par le Tunnel sous la Manche soit par ferries. Même s’il nous précise que son patron a tout fait pour qu’il soit en sécurité avec masque et gel, les efforts sont beaucoup moins importants aux terminaux des ferries et du Tunnel sous la Manche côté anglais. « Une fois à bord, nous ne restons pas dans nos camions. Il y a bien du gel et un sanitaire d’ouvert. Mais tout le monde se mélange. Imaginez, il y a beaucoup de roumains et de polonais, ils roulent à deux par camion et on se retrouve tous dans les ferries » nous précisé Tony.

Une solution pour mieux préserver la santé des routiers ? « Les compagnies de ferries souhaiteraient que nous soyons tous conducteurs confinés en cale dans nos cabines pendant la traversée. Mais c’est impossible et c’est surtout interdit » souligne le nordiste. 2 cas de suspicion de coronavirus ont été constatés dans son entreprise mais Tony sait que le danger est à l’extérieur. « Quand on décharge avec une tire-palette, c’est facile d’attraper le virus. Et on tombe souvent sur des toilettes fermées en France. Et, c’est le comble, tout est ouvert en Grande-Bretagne » souligne-t-il.

Mais Tony se demande si tous les camions doivent vraiment roulés. « Je livre parfois des robinets. Ce n’est pas nécessaire. Le type de transport pourrait être trié » nous a répondu le conducteur. Que pense-t-il du droit de retrait que de plus en plus de conducteurs font jouer ? « C’est compliqué de l’utiliser et de l’appliquer mais moi j’en ai pas besoin. Mon patron fournit les protections » conclut-il.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)