Actu

VDL Group s’installe aux USA grâce à Van Hool

Le groupe Néerlandais VDL a annoncé avoir finalisé l’acquisition des activités de Van Hool qui l’intéressaient. Mais quelques imbroglios juridiques sont à prévoir à propos des Van Hool Exqui.City.

La holding du groupe VDL basée à Eindhoven aux Pays-Bas a communiqué pour la première fois officiellement sur la reprise des activités autocars et autobus de Van Hool. Première « prise de guerre », l’usine Van Hool sise près de Skopje en Macédoine. Cela sauve 1350 emplois sur place. Cette usine, qui fabrique les gammes Van Hool EX, intéresse surtout VDL pour sa production d’autocars des gammes CX à destination des Etats-Unis d’Amérique. Une façon pour VDL de prendre pied sur ce continent.

Selon VDL Groupe, l’accord de distribution avec l’importateur local ABC Companies a été renouvelé à la fois pour les Etats-Unis et le Canada. À Koningshooikt (Belgique) seuls 250 postes sont repris. Ils concernent les activités de production de pièces, après-vente, achats, développements R&D ainsi que de finances. VDL récupère aussi, et surtout, tous les droits intellectuels, licences, marques, développements logiciels, équipements et machines Van Hool. Pour VDL, le seul intérêt concret de cette acquisition est donc de prendre pied en Amérique du Nord. Accessoirement, cela permet au batave d’éliminer un concurrent sur le marché européen.

Le communiqué officiel de VDL précise que « VDL Groupe n’intègrera pas encore les activités acquises de Van Hool dans ses activités de bus et d’autocars » [alias VDL Bus & Coach NDLR].

Quid des commandes de Van Hool ExquiCity par Ile-de-France Mobilités ?

Le communiqué de VDL Groupe est intéressant dans ce qu’il ne dit pas : pas une ligne, pas un mot sur la reprise des fabrications à Koningshookit. Pour une raison simple : VDL n’a pas l’intention d’y reprendre la production d’autobus et d’autocars. Selon un confrère néerlandais « VDL Groupe ne s’engage pas dans tout ce qui s’est passé avant la faillite de Van Hool le 8 avril 2024. Plus précisément, cela comprend les véhicules partiellement finis, les véhicules commandés pour lesquels des avances ont été payées, les conditions de garantie et la disponibilité des pièces pour les réparations. Pour cela, les victimes doivent se tourner vers les syndics, qui ont déjà indiqué que le dossier de faillite peut durer de cinq à sept ans ».

Cela marque donc la fin de la fabrication des autocars Van Hool série T et autobus Série A pourtant tout nouveaux. Ces productions pouvaient, légitimement, être perçues comme concurrentes de celles de VDL qui renouvelle ses autobus Citea et s’apprête à commercialiser une nouvelle génération d’autocars Futura. Vae Victis (air connu). Trm24.fr a interrogé Ile-de-France Mobilités sur ce sujet puisque des Van Hool Exqui.City devaient être encore livrés pour la mise en service de la ligne TZen4. Demande demeurée sans réponse à ce jour. Mais, la nature ayant horreur du vide, il est à craindre que cette place soit reprise rapidement par une marque chinoise (sous son nom propre ou sous un « faux nez » via des prête-noms allemands, hongrois ou néerlandais comme cela semble être la mode dans le domaine de l’autobus urbain).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *